Agorique

De PLEGMA
Aller à : navigation, rechercher


Pour Aristote, les peuples barbares étaient les peuples sans agora. Pour ne pas utiliser le mot "marché" qui a une connoation économique, celui de "forum" ou de "colloque" associé aux débats, ou de "réseau" devenu synonyme d'internet ou de "cloud" maintenant accepté pour les grands ensembles informatiques, ou encore de "multitude" au sens d'incommensurabilité, etc. Jean Baechler a proposé le mot général d'"agorie" pour ce que l'on peut comprendre comme des espaces d'échanges entre personnes, causes et effets.

"Agorique" caractérise les agories, et sera le nom de la discipline de son étude et de ses applications matérielles et intellectuelles. Par généralisation de la sociologie, nous appelons agorique une science qui se propose de comprendre par interprétation l’activité émergente d'une agorie, et par là d’expliquer causalement son déroulement et ses effets. Nous entendons par “activité”, un comportement commun quand et pour autant que l’agent ou les agents lui communiquent des contraintes qui leur sont propres. Et, par activité “agorique”, l’activité qui, d’après son sens visé par l’agent ou les agents, se rapporte au comportement des autonomies par rapport auquel s’oriente son déroulement. »

Exemples d'agoras : systèmes, schémas, graphes, atomes, planètes, multitudes, réseaux, tenségrités, univers, pensée, peuples, Etats, politique, nature, ecosystèmes, polystèmes (systèmes de systèmes) météo, états critiques, langues ... chacun de nous.

L'agorique est donc une généralisation polylectique d'une logique où tout tiers sera considéré.